Vous connecter ?
*champs obligatoires
23.04.21
  • Conseil
  • Investir
Crédit immobilier : des taux bas pour encore longtemps
Retrouvez quelques actualités sur la baisse des taux de crédit immobilier.
Depuis la fin de l’été les taux de crédit immobilier sont à la baisse. Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) décide dans le même temps d’assouplir les conditions d’octroi de prêts immobiliers. Cela permet de resolvabiliser les primo-accédants et les investisseurs jusque-là pénalisés, et leur permettre de profiter des taux bas. Ces taux ne devraient pas remonter avant longtemps.

Crédit immobilier : la baisse des taux se poursuit

Le début d’année 2021 se caractérise par une nouvelle baisse sur les taux de crédit immobilier déjà très bas. C’est une bonne nouvelle pour les acheteurs potentiels. 


Selon les courtiers, il était possible en décembre 2020 d’obtenir des conditions d’emprunt proches de septembre 2019 avec des taux inférieurs à 1% pour des emprunts immobiliers souscrits sur 20 ans et moins. Les meilleurs profils, ceux présentant un apport conséquent et disposant de revenus importants et d’une situation professionnelle stable, malgré la crise sanitaire, peuvent même espérer des taux à 0,88% sur 25 ans. 


Quant au scenario d’une hausse des taux au premier semestre 2021, l’idée semble définitivement écartée. La Banque Centrale Européenne (BCE) devrait maintenir une politique de taux bas tant que la situation économique (avec un niveau de l’inflation au plus bas et une croissance en berne) ne s’améliorera pas et que la crise sanitaire ne sera pas derrière nous. 


Crédit immobilier : les conditions d’octroi s’assouplissent 

Le début d’année 2021 s’annonce comme étant très dynamique de l’aveu de certains professionnels du crédit notamment grâce à l’assouplissement des conditions d’octroi. En effet, le 17 décembre 2020, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) décide de faciliter l’accès au crédit immobilier notamment pour les primo-accédants et les investisseurs. 


Désormais, le taux d’endettement de l’emprunteur peut atteindre les 35% et la durée d’emprunt maximum dans l’immobilier neuf est fixé à 27 ans. Quant aux taux de flexibilité accordé aux banques pour sortir de ce cadre, il est porté à 20% de leur clientèle contre 15% auparavant, surtout si l’emprunteur est un primo-accédant. Ces mesures devraient aider le secteur et les particuliers à tenir durant la crise sanitaire. Le resserrement du taux d’endettement à 33% avait, précédemment, fortement pénalisé les investisseurs et les nouveaux acheteurs, écartés de l’accès au crédit immobilier. 


Une marque Altarea